vendredi, octobre 21, 2011

NaNoWriMo 2010: Prélude en destiné majeur; Chapitre 3


« Il faut se demander comment l’exercice du contrôle de la galaxie peut être si ennuyant. » Pense Shia en lisant rapidement la traduction du sénateur de Riflor sur un point mineur de la réforme de taxation de la route Correlienne. Le sénateur Silvu Donte discute de l’influence de restriction du commerce sur les politiques des guildes et grands commerçants de la galaxie, citant le conflit de Naboo comme conclusion inévitable de ces restrictions. Applaudissement et cris de dégoût résonnent dans la chambre du sénat. Un nouveau sénateur prend la parole, Shia n’écoute que distraitement alors que l’argument passe sur la responsabilité du sénateur de Riflor d’utiliser des exemples qui ne sont pas honnêtes. Shia arrête un bâillement quelques secondes avant un accident diplomatique mineur. Des heures plus tard et aucun dénouement en vue la session du sénat est ajournée. Les sénateurs quittent la salle discutant de réformes et de soirées mondaines. « Sénateur Sunfell! Sénateur Sunfell! » Shia et ses deux gardes du corps se tournent lentement vers l’appel, l’aide diplomatique Calamarien s’approche. « Par la Force, heureusement, je vous ai attrapé avant que vous ne quittiez le Sénat. »  Les gardes du corps de Shia s’écartent laissant le champ libre pour une discussion entre l’aide et la diplomate. Shia ne répond pas à l’affirmation de l’aide. « Euh, oui sénateur Sunfell, l’ambassadeur Rotramel voudrait vous rencontrer au sujet des navires médicaux.
— Oh, est-ce que l’ambassadeur est disponible maintenant?
— Euh, oui, oui, sénateur c’est pour cette raison qu’il m’a fait vous rattraper. Si vous voulez bien me suivre vers les bureaux sénatoriaux. Le sénateur Till a généreusement accepté de nous y accueillir. »

Les tons de rouge du bureau sénatorial du secteur de Calamari rendent la robe verdâtre de Shia particulièrement irritante pour les yeux.  La situation aggravée par le ton particulier des chaises qui malheureusement atteingnait le ton parfait pour jurer avec la robe. « Alors ambassadeur que voulez-vous discuter au sujet du projet de navires hôpitaux?
— bleee, sénateur Sunfell, vous êtes aussi directe que ce que j’avais entendue.  Alors, allons tout de suite au travail. Voyez-vous, sénateur, je représente la planète Calamari et après discussion avec mon gouvernement sur la nature et les caractéristiques de vos navires…
- Ce ne sont pas mes navires, ambassadeur. Ils feront parties de la flotte républicaine. Je n’ai fait que proposer l’idée au sénat.
- Soit sénateur, je ne suis pas ici pour argumenter la sémantique. Le fait est que le gouvernement de Calamari a relevé une faille dans votre projet qui pourrait nous faire demander l’arrêt du financement. » Shia fronce les sourcils, dévisageant le Calamari quelques secondes essayant de lire ces traits. « Quelle est cette faille ambassadeur? 
— Vos navires, sénatrice, ne couvrent pas un éventail d’espèce représentatif de la république.
— Quoi? Selon les ingénieurs les capacités médicales des navires permettent de soigner près de 75% des espèces intelligentes de la galaxie.
— Peut-être, sénatrice, mais, votre pourcentage n’est si élevé que par les caractéristiques biologiques communes à beaucoup d’espèces. Par exemple, vos navires ne sont clairement pas équipés pour les espèces aquatiques, même chose  pour les espèces nécessitant une atmosphère de méthane ou d’ammoniaque. Franchement, une telle discrimination des espèces ne peut être supportée par un gouvernement progressif comme le nôtre, surtout qu’une proportion significative de notre population n’est pas bien couverte par votre plan. » Shia sourit tout au long de l’objection du Calamari, les mains croisées délicatement sur les genoux. Après un court silence, Shia répondit : « Ambassadeur, je me dois de vous rappeler qu’il ne s’agit que d’une première vague de navires hôpitaux.  Il ne s’agit que d’un projet pilote si je peux m’exprimer ainsi. Les navires suivants seront spécialisés envers d’autres espèces.
— Néanmoins, il serait difficile pour mon gouvernement d’accepter de continuer à supporter ce projet sans plus que des promesses. Au moins, un des navires devrait être spécialisé pour d’autres espèces.
— Ambassadeur, le financement disponible pour le projet pilote ne peut couvrir ce genre de modification de navire déjà en construction. »  Une longue discussion allait prendre la plus grande partie de la journée.


La lumière du jour filtrait par les lumières des grandes fenêtres de l’appartement, au milieu d’un salon Callista Ming méditait devant le grand projecteur holographique projetant le dernier épisode de « Prochain top-modèle du secteur Coruscan ». Soudainement, le projecteur s’éteint sans changer sa méditation, l’arrêt de la climatisation, des lumières et de tous les autres appareils électriques de l’appartement par contre est plus inquiétant. Un son de cours-circuit précède l’ouverture de la porte et un torrent de tir de blaster remplit le vestibule. Callista roulant hors de la ligne de feu, son bras s’étant vers la table où son sabre laser est déposé. Dans un mouvement fluide, elle l’alluma et elle commença à repousser les tirs vers les murs et les assaillants. Une grenade fumigène glissa à l’intérieur de la salle la remplissant de fumée rapidement. Une nouvelle volée de tir de blaster suivant, légèrement plus faible que la précédente. Renversant la table avec la Force, Callista sautant dans une autre direction, le feu des blasters la suivant: « Par la Force! »  Le feu nourri la pousse à se cacher derrière un des divans de l’appartement. Prenant son comlink à la ceinture, elle appelle les forces policières de Coruscan. Un silence menaçant et inquiétant lui répond. Dans le petit instant de répit entre-deux volées la jedi sauta vers la porte le sabre brandi. Au travers de la fumée, un cri s’élève « JEDI!! » Alors que le sabre de Callista s’abat sur le premier assaillant. Des humanoïdes en noir armés de fusils blasters se détachent de la fumée le premier rang lâchant leur fusil pour dégainer de longues lames. Le premier s’effondre avant que sa lame n’est quittée son étui.  Le second frappe vers la tête de la jedi, qui malheureusement pour lui, celle-ci avait anticipé le coup et se trouvait hors de l’arc de la lame. Un clignement d’œil plus tard des tirs de blasters remplissent l’espace où ce trouvait Callista. Passant le second de la première ligne la jedi coupa de son sabre un nouvel attaquant. Un nouveau coup de lame frappa l’air derrière Callista, de nouveau tir de blaster frappant la lame du sabre laser et les murs du couloir. « Vous devriez vous rendre, vous n’avez aucune chance. » Déclare Callista en coupant le canon d’un des fusils blasters pour illustrer son point. Seuls des mouvements acrobatiques gardèrent Callista hors de la ligne de tire de ses assaillants, un tir de blaster brulant le bout de ses cheveux. Callista sauta par-dessus le plus proche assaillant pour s’accroupir dans le couloir et d’un signe de la main repousser violemment les attaquants. Leurs armes tombant sur le sol et les hommes tombent quelques mètres plus loin dans le couloir. Les attaquants se lèvent rapidement pour courir dans le corridor et sauter au travers d’une fenêtre.  « Quoi?!! Mais ils sont fous! » Callista les suit dans le corridor en courant, passant la tête au travers de la fenêtre voyant une plateforme repulsor s’éloignant rapidement de la tour d’appartement. 

Un léger raclement de gorge attire l’attention de Callista vers la porte de l’appartement. Les deux gardes du corps huillés de Shia avaient prit une formation défensive autour de la porte. Elle-même debout dans sa robe verte devant l’entrer de l’ascenseur de la tour, regardant la scène du carnage , cinq corps entendus par terre deux blessés par un sabre laser. « C’est un nouvel entrainement ou bien tu as quelques choses à me dire Callista? 
— Un entrainement bien sûr Shia, un jedi doit être capable d’étudier une scène sans préjuger et sans laisser ses émotions teinter sa vision. » Shia dévisage Callista pendant quelques secondes avant de regarder plus attentivement la scène. « Des assassins, ils n’ont attaqué aucun autre appartement.  Leur commanditaire est très riche, où du moins il a accès à beaucoup de ressources, leur équipement est de niveau militaire. Ce n’est clairement pas un commando suicide puisqu’au moins un d’entre eux s’est sauvé par la fenêtre. Je dirais que leur chef manque de goût vestimentaire, ces uniformes sont parfaitement horribles, ce bleu et les marques vertes… et la coupe de l’armure ne donne aucune impression d’honneur ou de puissance. Bien sûr, pas de …. » Shia s’arrête et se penche vers un des assassins morts, soulevant son bras gauche et pointe  à un signe brodé dans un bleu légèrement plus foncé que le tissu de l’uniforme. « Oh, non, ils ont des signes distinctifs. »  Son doigt trace le cercle autour d’une forme triangulaire simple. « Oh Galt, des Daklans 
— Des Daklans, ils ne m’ont pas l’air si bizarre que ça.
- C’est un clan Nietzschean, Callista. Un clan qui a déjà produit plusieurs Khan et qui n’aime pas terriblement les Sunfells. C’est quand même bien de savoir que ce n’est qu’une simple tentative d’assassinat politique. » C’est au tour de Callista de dévisager Shia, elle secoue ensuite la tête pour commencer.  « Néanmoins, tu n’as pas vraiment réussi l’exercice, tu as oublié le plus important. »  Shia fronce les sourcils et observe la scène une fois de plus, essayant de voir ce qu’elle aurait pu oublié, quel détails elle n’aurait pas remarqué que la jedi aurait vue. « Arrête de chercher Shia, tu ne te concentres vraiment pas sur la bonne chose. » Agenouillé à côté d’un des corps, Shia lève la tête vers Callista qui semble être plus amusé que déçue de son apprentie. « La première question à pauser après toute bataille est à propos des survivants, s’ils sont blessés, s’ils ont besoin d’aide. T’informer de leur santé même si la situation est évidente est beaucoup plus important que d’obtenir des informations des morts et des objets. La Force après tout c’est la vie. » Une sirène retentit dans l’Ascenseur, un petit policier de la force policière coruscante en sort accompagné de deux droids policiers dont les sirènes résonnent fortement dans le petit couloir. «  Qu’avons-nous là, mesdames?
— Des assassins, un groupe de six, officiers. Trois d’entre eux se sont échappés par la fenêtre » Répondit Callista avant même que Shia n’ait pu se présenter. Le policier frotta son large menton poilu. « Des assassins? Hmm bien c’est ce que vous prétendez, madame?
- Jedi Callista Ming et le Sénateur Shia Sunfell. » Le policier fait une grimace à la présentation. « Constable Brintt, Pech Brintt. Alors maître Ming vous prétendez que six assassins se sont infiltrés pour attaquer l’appartement ici, j’imagine qu’il s’agit de la résidence de la sénatrice?
— C’est exact, selon la sénatrice les assassins sont Nietzschean, et il s’agirait d’une tentative politique. » Le constable Brintt fronce ces gros sourcils et lance un regard glacé à la jedi : « Maître Ming, je vous demanderais  de ne pas nous imposer vos conclusions, le processus d’enquête est important et nous pourrions découvrir des choses qui vous ont échappées dans votre hâte. »  Shia regarde l’échange entre les deux représentants de l’ordre républicain avec un sourire amusé. « Dites, pas que je veuilles m’émisser dans le protocole d’enquête ou quoi que se soit, mais est-ce que je peux rentrez chez moi, une douche m’attend. 
— Sénatrice, vous devez comprendre que pour votre sécurité nous devons vous demander de ne pas rester ici. Je vais contacter la garde républicaine pour vous faire fournir des gardes du corps pour éviter qu’une autre tentative soit faite sur votre vie. » Shia s’esclaffe de rire, tout en riant elle pointe vers Callista : « Constable, j’ai déjà deux gardes du corps et il semble qu’en plus du moins pour le temps présent une jedi de talent considérable habite avec moi et profite de mon abonnement à la chaine de mode. Je ne crois pas que deux ou trois gars en robe bleu vont faire mieux qu’une jedi et deux Nietzschean. » La figure du constable prend des tons de rouges inquiétants puis soudainement à la mention du mot Nietzschean, un lumière de reconnaissance s’allume dans ces yeux « Vous êtes la sénatrice des Nietzschean? Oh boy, v'là les problèmes qui débarquent. Vous n’allez pas utiliser cette tentative d’assassinat comme une autre excuse pour menacer la république de vous séparer ? » 

Shia considère la proposition quelques secondes puis : « Constable, les assassins sont eux aussi Nietzschean, il ne s’agit que d’un teste de mes capacités pour savoir si je devrais ou pas être remplacé. 
- Vous êtes complètement folle, vous et toute votre espèce. Alors, voici ce que je vous conseille, prenez ce que vous avez besoin pour une semaine et allez au spatio hôtel. Nous ferrons notre petite enquête pour retrouver les assassins en cavale et on vous rappellera. »  Shia crie pour Alfred, qui sort doucement d’une chambre. « My lady are the trouble over?
— Oui Alfred, veuillez préparer des valises pour moi et madame Callista, emporter aussi mes créations et les patrons pour le défiler. Oh oui, n’oublier pas les comlink et les projecteurs portables. » Finalement, Shia se tourne vers le constable Bintt qui dirige ces droids assistants pour recueillir les indices de la scène. « Constable, laissez-moi vous faire une recommandation. N’insultez jamais mon peuple, je choisis d’ignorer les insultes insignifiantes, mais certains de mes compatriotes pourraient vous faire réaliser rapidement à quel point vous êtes primitifs. » Sur ces paroles, elle passe le seuil de sa porte pour allez ramasser ses affaires. Constable Bintt s’apprête à rétorquer quand Callista passe devant lui, interrompant sa plainte « Constable Bintt, ne mettez pas d’huile sur ce feu, contentez-vous de faire votre travail, argumenter contre la supériorité des Nietzschean avec un Nietzschean est comme discuter de couleur avec un Gran, ils ne comprennent même pas de quoi vous parler. »  Le constable Bintt secoue la tête : « J’aurais du devenir avocat, beaucoup moins d’idiots imbus d’eux-mêmes autour de la profession. » Sans répondre Callista pénètre l’appartement pour aider Alfred avec ses valises.

Dans l’atelier de Shia, de rouleau de tissu, des esquisses de vêtement et des modèles partiellement complétés se retrouvent dans un capharnaüm organique. Shia ramasse précautionneusement les esquisses et les modèles partiellement complétés. Chaque patron, esquisse et modèle sont minitueusement regroupé pour être facilement accessible. En retirant une retaille de tissus de son bureau, elle aperçoit la lumière rouge clignotante de son holorépondeur. Distraitement elle appuie sur le bouton play. Au dessus de la machine, le buste d’Oldus apparaît, la moitié de son visage est couverte de crème à raser, ses cheveux mouillés d’une douche récente et un seule de ses épaules portent une manche de chemises : « Un message? Euh oui, Dame se.. Shia, j’ai fait quelques progrès pour votre droid, mais bien euh, il semble qu’il soit un droid pilote d’un modèle particulier. Pas dans le sens de numéros de modèle, bien euh, son numéro de modèle est particulier, mais.. Bien en fait, il n’existe pas. Entk, pas sur l’honolonet, alors je devrais aller sur Obroa-skai pour consulter leurs archives. Alors.. euh bien j’aurais besoin d’une avance pour couvrir les déplacements et si vous pouvez m’envoyer une escorte au cas où… vous savez comment G5 est, il s’inquiète pour rien. » Le message coupe sur une triade enragée de G5 hors du chant de vue de l’holocaméras. Un instant le doigt de Shia s’approche du bouton répondre de l’holophone, puis s’éloigne. « Non, pas vraiment besoin d’en discuter. Je vais lui envoyer l’argent pour un voyage et donner des  ordres pour qu’on lui engage un garde du corps qui le rejoindra là-bas. »

Aucun commentaire: