mardi, mars 07, 2006

Quéréquasit à une nouvelle amie

Une chèvre marche lentement dans la neige de la montagne, l’oreille au aguets tentant de repérer le bruit possible d’un prédateur avant de s’arrêter pour tenter de trouver du fourrage sous la neige. Soudainement un claquement sec que des oreilles humaines n’auraient probablement pas perçu résonne au-dessus de la chèvre et avant que celle-ci ne puisse détaller pour se mettre a l’abri une douleur pire que toute celle jamais ressenti par un pauvre animal comme elle lui parcourue le corps et elle se retrouva sur le sol prise de convulsion. Plusieurs longues secondes plus tard l’animal arrêta ces convulsions et lentement se fondit en une nouvelle créature : un petit être ailé, humanoïde à la peau rougeâtre et possédant une queue de scorpion comme seule défense visible. Une longue flèche barbelée sortait comiquement de sa petite cuisse. Avec une grimace de ces traits méchants la créature retira la flèche alors qu’un éclat de rire féminin emplissait l’air des montagnes. La petite créature regarda autour d’elle d’un air frustrée : « Où es-tu sale pute? Lancer flèche comme ça dans des démons sans défense et en plus avec un arc donné par le dit dit démon! » Une nouvelle fois l’air de la montagne fit entendre un rire, cette fois-ci le petit démon le localisa, au-dessus de lui dans le vide. Il leva ces yeux vers cette direction prêt à bondir et se venger de l’affront. Il s’arrêta net, la créature se tenant à l’endroit désigné n’était pas celle qu’il s’attendait, ou plutôt elle n’était pas tout à fait celle qu’il s’attendait. « Alors quoi Quéréchou, tu ne m’aimes pas? » dit souriante une féline demi-elfe nue flottant, soutenue par ses grandes ailes démoniaques, elle tenait le petit démon enjoue d’un arc duquel se dégageait une impression de douleur et de perte. Deux petites cornes à la lisière de ces cheveux et une flexible queue tenant un paquet de quelques flèches complétaient l’ensemble qui faisait passer la jeune demi-elfe de créature de ce monde à demi-démone. Alors que le démon restait sans rien dire, elle continua : « Je cherchais un animal à torturer et je tombe sur l’adversaire favori de Sengannan, le petit sousfif d’Aghonie. Quelle ennuyeuse coïncidence.
- Ilanila, quelle belle surprise, j’aime vraiment ton nouveau look… Qui le propriétaire de ton âme maintenant? Yurkerialark? » répondit le petit démon maintenant rassuré que sa mort n’était pas imminente.
- Quéréchou franchement cette pimbêche d’Ilanila est encore propriétaire de son âme. Je suis bien mieux qu’un simple don par Yurkerialark ou tout autre démon de pacotille.
- Vraiment? Pourtant tu ressembles seulement aux petites putes qu’elle crée d’habitude, tu garde même leur style vestimentaire préféré. Pas que ça me dérange tu sais, une belle paire de... » La flèche que la demi-démone tenait viens se planter à quelques centimètres de la tête de Quéréquasit dans la neige. « Ce que je veux dire c’est que tu es sûrement indépendante! C’est ton style à toi et si Yurkerialark te copie bien ce n’est qu’un succube jalouse de bas étage! »
- C’est mieux Quéréchou. Maintenant que vais-je faire de toi, je dois bien quelques cicatrices sur mon corps à ton maître peut-être que je devrais te tuer pour compenser… »

Quéréquasit fut prit d’un petit tremblement, mais s’envola avant que la demi-démone n’ait pu transférer une flèche de sa queue à son arc. Alors qu’elle cherchait le petit démon bien plus agile qu’elle il se perchât sur son épaule et gratta lentement son dard sur sa joie, avec presque assez de force pour percer la peau. Dans ce même mouvement, il susurra à son oreille : « Chérie, bébé même, pense à tout ce que mon maître pourrait faire pour toi, pour nous, si tu nous acceptes comme compagnon. » Elle approcha sa main comme pour aggriper le démon mais à ces mots se retint : « Parle toujours Quéréchou
- Tu vois, mon maître aurait besoin d’un agent dans les terres des humains, d’une personne pour faire des missions très payantes et pleines de plaisir pour toi
- Comme quoi Quéréchou?
- Bien » Il fit une pause pour regarder autour d’eux que personne n’écoutait la conversation. « Présentement, mon maître désire certains documents que l’université de l’empire du soleil couchant garde en sa possession. Bien sûr il n’a rien à faire de cette université alors tu pourrais en faire ce que tu veux. »
- Mon cher Quéréchou, si ton maître veut un allier, il va devoir faire mieux que ça, je ne fais pas la charité.
- Bébé, franchement tu connais mon maître sa plus grande qualité est sa générosité… Il t’offre tout l’équipement dont tu auras besoin pour cette mission… Que tu pourras bien sur garder après. Parce qu’il faut le dire les barbares mortels n’ont pas l’appréciation de tes courbes qu’un démon comme moi a.
- Bah, Quéréchou, des babillolles et de toute façon j’ai besoin de quelques choses de plus gros que toi » lui répondit-elle avec un sourire moqueur.
- Ilanila ma chérie, il y a quelque chose que mon maître peut te donner que personne d’autre ne peu. Tu sais ce que tu sens comme toutes les demi-efles juste à l’extérieur de tes perceptions cette douce chaleur sensuelle? Cette petite voie, cette puissance que tu sens mais ne peux pas atteindre. » Les yeux de la démi-démonne se fixèrent sur Quéréquasit, une petite étincelle d’intérêt ou de haine les habitaient. « Oui, je vois que tu sais, que tu comprends et la sensation n’est que pire depuis que tu as changé. Mon maître peut te faire goûter ce pouvoir, cette joie, tout ce qu’il demande en retour c’est ton aide sur ce petit point, cette minuscule faveur.
- Oui. »

1 commentaire:

asaathi a dit...

Voici une première "cut scene" de ma game de dungeon, je devrais toute publier ces cuts scenes qui sont en gros des interlude permettant aux personages de savoir ce que si passe dans le reste du mode.