samedi, mai 20, 2006

Une nuit avec la compagnie de Krieger

Une corde s’enroulait d’elle-même autour d’un rocher, plus bas, un groupe de 5 humanoïdes regardaient attentivement la scène. Le plus petit humanoïde, un kobold en apparence, regardait d’un air concentré la corde. Lorsqu’elle fut solidement attachée, il claqua sa queue draconique dans la neige. Répondant au signal une grande et musclée femme humaine de ces mains couvertes de mitaines tira trois fois sur la corde pour vérifier la solidité du noeud. Comme toujours le sort avait fait un nœud solide, et la pierre était bien ancrée au sol. Un peu à l’écart un nain en lourde armure de plate fut le premier à parler : « Kizzie, monte avant Jolene, juste pour vérifier que les boîtes de conserve de la guerre ne nous ont pas précédé. » Une petite demi-elfe à peine plus grande que le nain souris et attrapa la corde de ces deux mains, lentement elle grimpa sur la dizaine de mètres de la corde sans laisser tomber de grenat qui aurait peu alerté d’éventuelles créatures embusquées. Sa petite tête couverte de cheveux blonds passa par-dessus le bord de la corniche et se retomba rapidement, lorsque rien ne vient passer le bord de la corniche ni la frapper, elle ramena sa tête au-dessus et regarda de droite à gauche. Après cette inspection sommaire, elle se issa sur la corniche, inspecta plus méticuleusement les environs et cria vers le niveau inférieur : « Tout est clair ici, envoyer Jolene et les autres je pense que l’on va pouvoir camper pour la nuit ici. » La femme musclée monta la corde suivie d’un homme frêle portant un bâton orné de rune dans son dos, le kobold monta ensuite et finalement le nain fut tiré vers la corniche grâce à la force de tous les membres du groupe. Il regarda le terrain et hocha la tête plusieurs fois « Oui, oui ça me semble un bon endroit pour notre nuit.» Sur cette approbation, ils montèrent le camp, préparant chaque tente avec son propre feu et construisant un petit mur de neige autour du camp pour réduire le vent. Comme à leur habitude, le nain prit le premier tour de garde s’assurant ainsi une bonne nuit de sommeil complète.Environs une heure dans son tour de garde, il s’approcha de la tente du second humain de la troupe. En brassant légèrement le sac de couchage de l’humain il chuchota discrètement : « Shelow, réveille-toi. Il faut que je te parle » L'humain ouvrit les yeux et dévisagea le nain : « Oui, j’imagine Dedrick, c’est à propos des tablettes et de ce groupe d’aventurier n’est-ce pas. »
- Oui, je me demande ce que tu penses d’eux et quelle menace il pourrait représenter pour nos plans.
- Shelow soupira avant de sortir de sa tente : « Soit, il faut en parler maintenant. Je ne crois pas qu’ils ont trouvé de tablette encore mais ils ont probablement des informations pour au moins une ou deux.
- Comme nous alors, nous sommes proches d’une tablette, mais n’en n’avons pas encore. Crois-tu que leurs informations sont exactes?
- Malheureusement oui, comme nous ils ont trouvé une moyen de passer les protections des tablettes. Nous allons sûrement devoir les combattre un jour.
- Oui, alors que penses-tu d’eux?
- Bien c’est difficile des les évaluer sans les avoirs vus combattre ensemble, mais selon ce que Kizzie nous a rapporté, je pense qu’ils sont faibles. Le nain, Balder ne comprend pas sa propre valeur, il est trop prêt à se sacrifier pour les restes de son groupe. Il se croit leader, mais les autres ne le suivent pas. Leur plus grosse menace est sûrement leur demi elfe, elle a de grand compétence à l’arc et semble gardée son calme dans la plupart des situations.
- Balder? Sans danger alors que cette Ilanyla serait dangereuse… hmm oui probablement j’avoue que Balder ne m’a pas impressionné, il manque de charisme pour guider un grand groupe.
- Oui, exactement. Ensuite ce Senganan manque de contrôle sur sa magie et de puissance, je pourrait facilement éliminer sa puissance de tout combat entre nos deux groupes. Kizzie peut probablement contrer les pouvoir de leur druide elfe noir. Son pouvoir semble être la métamorphose… Un pouvoir puissant mais aussi une faiblesse. Leur autre druide semble manqué de confiance en elle. Cette faiblesse pourra être exploité dans un combat pour le mettre hors de combat facilement. Elle ne croit pas en ces pouvoirs et en sa beauté... en fait elle ne croit pas en rien d’elle-même. C’est sa faiblesse.
- Et la naine? Cette belle prêtresse de Svajonne?
- Elle a un peu des même faiblesse que leur druide, elle ne croit pas en elle. Sa déesse la protége mais elle ne s’abandonne pas assez à son message pour être une menace pour un choisi de son dieu comme toi.
- Ouain, sûrement mais est-ce que l’on pourrait la recruter, elle me ferait une belle reine tu ne trouves pas?
- Shelow éclate de rire et secourt la tête : « Franchement, Dedrick elle est trop petite et trop noire pour moi. De plus je suis pas mal sûr qu’elle ne partage pas mes goûts ni mes plaisirs. Elle est mariée à ce Balder, elle ne peut pas être heureuse là, l’amour ne semble pas y être.. Peut-être qu’un élixir d’amour comme celui-ci » Il sortit une fiole contenant un liquide rose bonbon qu’il secoua devant Dedrick. « Il s’agit de sang de Svajonne en tant que prêtresse, elle ne pourra sûrement pas résister à l’attrait que cela produirait mais il te faut lui faire boire mon cher. »
Dedrick hocha la tête et prit la fiole, ensuite il referma la tente : « dort bien Shelow, je vais repenser à tes paroles et tenter de former un plant pour notre prochaine rencontre avec ces aventuriers. »

mardi, mars 07, 2006

Quéréquasit à une nouvelle amie

Une chèvre marche lentement dans la neige de la montagne, l’oreille au aguets tentant de repérer le bruit possible d’un prédateur avant de s’arrêter pour tenter de trouver du fourrage sous la neige. Soudainement un claquement sec que des oreilles humaines n’auraient probablement pas perçu résonne au-dessus de la chèvre et avant que celle-ci ne puisse détaller pour se mettre a l’abri une douleur pire que toute celle jamais ressenti par un pauvre animal comme elle lui parcourue le corps et elle se retrouva sur le sol prise de convulsion. Plusieurs longues secondes plus tard l’animal arrêta ces convulsions et lentement se fondit en une nouvelle créature : un petit être ailé, humanoïde à la peau rougeâtre et possédant une queue de scorpion comme seule défense visible. Une longue flèche barbelée sortait comiquement de sa petite cuisse. Avec une grimace de ces traits méchants la créature retira la flèche alors qu’un éclat de rire féminin emplissait l’air des montagnes. La petite créature regarda autour d’elle d’un air frustrée : « Où es-tu sale pute? Lancer flèche comme ça dans des démons sans défense et en plus avec un arc donné par le dit dit démon! » Une nouvelle fois l’air de la montagne fit entendre un rire, cette fois-ci le petit démon le localisa, au-dessus de lui dans le vide. Il leva ces yeux vers cette direction prêt à bondir et se venger de l’affront. Il s’arrêta net, la créature se tenant à l’endroit désigné n’était pas celle qu’il s’attendait, ou plutôt elle n’était pas tout à fait celle qu’il s’attendait. « Alors quoi Quéréchou, tu ne m’aimes pas? » dit souriante une féline demi-elfe nue flottant, soutenue par ses grandes ailes démoniaques, elle tenait le petit démon enjoue d’un arc duquel se dégageait une impression de douleur et de perte. Deux petites cornes à la lisière de ces cheveux et une flexible queue tenant un paquet de quelques flèches complétaient l’ensemble qui faisait passer la jeune demi-elfe de créature de ce monde à demi-démone. Alors que le démon restait sans rien dire, elle continua : « Je cherchais un animal à torturer et je tombe sur l’adversaire favori de Sengannan, le petit sousfif d’Aghonie. Quelle ennuyeuse coïncidence.
- Ilanila, quelle belle surprise, j’aime vraiment ton nouveau look… Qui le propriétaire de ton âme maintenant? Yurkerialark? » répondit le petit démon maintenant rassuré que sa mort n’était pas imminente.
- Quéréchou franchement cette pimbêche d’Ilanila est encore propriétaire de son âme. Je suis bien mieux qu’un simple don par Yurkerialark ou tout autre démon de pacotille.
- Vraiment? Pourtant tu ressembles seulement aux petites putes qu’elle crée d’habitude, tu garde même leur style vestimentaire préféré. Pas que ça me dérange tu sais, une belle paire de... » La flèche que la demi-démone tenait viens se planter à quelques centimètres de la tête de Quéréquasit dans la neige. « Ce que je veux dire c’est que tu es sûrement indépendante! C’est ton style à toi et si Yurkerialark te copie bien ce n’est qu’un succube jalouse de bas étage! »
- C’est mieux Quéréchou. Maintenant que vais-je faire de toi, je dois bien quelques cicatrices sur mon corps à ton maître peut-être que je devrais te tuer pour compenser… »

Quéréquasit fut prit d’un petit tremblement, mais s’envola avant que la demi-démone n’ait pu transférer une flèche de sa queue à son arc. Alors qu’elle cherchait le petit démon bien plus agile qu’elle il se perchât sur son épaule et gratta lentement son dard sur sa joie, avec presque assez de force pour percer la peau. Dans ce même mouvement, il susurra à son oreille : « Chérie, bébé même, pense à tout ce que mon maître pourrait faire pour toi, pour nous, si tu nous acceptes comme compagnon. » Elle approcha sa main comme pour aggriper le démon mais à ces mots se retint : « Parle toujours Quéréchou
- Tu vois, mon maître aurait besoin d’un agent dans les terres des humains, d’une personne pour faire des missions très payantes et pleines de plaisir pour toi
- Comme quoi Quéréchou?
- Bien » Il fit une pause pour regarder autour d’eux que personne n’écoutait la conversation. « Présentement, mon maître désire certains documents que l’université de l’empire du soleil couchant garde en sa possession. Bien sûr il n’a rien à faire de cette université alors tu pourrais en faire ce que tu veux. »
- Mon cher Quéréchou, si ton maître veut un allier, il va devoir faire mieux que ça, je ne fais pas la charité.
- Bébé, franchement tu connais mon maître sa plus grande qualité est sa générosité… Il t’offre tout l’équipement dont tu auras besoin pour cette mission… Que tu pourras bien sur garder après. Parce qu’il faut le dire les barbares mortels n’ont pas l’appréciation de tes courbes qu’un démon comme moi a.
- Bah, Quéréchou, des babillolles et de toute façon j’ai besoin de quelques choses de plus gros que toi » lui répondit-elle avec un sourire moqueur.
- Ilanila ma chérie, il y a quelque chose que mon maître peut te donner que personne d’autre ne peu. Tu sais ce que tu sens comme toutes les demi-efles juste à l’extérieur de tes perceptions cette douce chaleur sensuelle? Cette petite voie, cette puissance que tu sens mais ne peux pas atteindre. » Les yeux de la démi-démonne se fixèrent sur Quéréquasit, une petite étincelle d’intérêt ou de haine les habitaient. « Oui, je vois que tu sais, que tu comprends et la sensation n’est que pire depuis que tu as changé. Mon maître peut te faire goûter ce pouvoir, cette joie, tout ce qu’il demande en retour c’est ton aide sur ce petit point, cette minuscule faveur.
- Oui. »

jeudi, février 09, 2006

Candy girl première partie

La surveillance vidéo était, de nos jours, presque toujours laissée aux logiciels informatiques, quelques agences et corporations paranoïaques employaient, pour la forme surtout, des gardiens humains comme deuxième niveau de sécurité. Arkintech n’était pas de ces corporations et alors qu’un savant vers programmé spécifiquement pour tromper ces logiciels de recherche d’image aucune ligne de défense ne remarqua la silhouette qui grimpait silencieusement les murs extérieurs. Une fois au sommet du mur, la silhouette étendit doucement une main gantée et dans la noirceur de petites paillettes semblèrent tomber sur le sol. La technologie n’avait pas encore atteint le niveau des nano machines, mais les micros robots composants les paillettes étaient largement suffisants pour réduire à l’impuissance les senseurs infrarouges et de mouvement placés au pied du mur. La silhouette attendit bien trop longtemps, presque 30 secondes avant de se laisser tomber silencieusement du haut des 3 mètres du mur. La silhouette féminine dont les formes devenaient partiellement identifiables dans la lumière de l’enceinte intérieure tourna la tête de droite à gauche comme pour vérifier l’absence de témoin. Elle se plaqua sur le mur et ouvrit la poche du haut de sa bandoulière gauche, presque instantanément un laser fit le lien entre elle est un microsatellite de communication. « Papillon dans la fleur, dload sec 2. » De son orbite basse le microsatellite retransmit la communication et reçu ces ordres, il envoya vers l’épaule droite de la femme une série de pulses laser contenant les informations pour la suite de la mission avant de s’auto détruire en se transformant en étoile filante. Une fraction de second plus tard l’information reçue par le récepteur de la combinaison de la femme se téléchargea dans son cyber cerveau.

La femme ferma les paupières et lança les commandes d’amélioration de la vison contenues dans son cerveau, ses yeux électroniques entrèrent en mode affichage superposé ajoutant aux décors vus des éléments d’information contenus dans les fichiers reçus. Elle rouvrit ces paupières et débuta sa chasse dans le laboratoire. Une petite flèche jaune dans son champ de vision indiquait l’endroit où se trouvaient ces objectifs. Elle avançait par petits bonds rapides, même si les caméras de sécurité étaient neutralisées les chances de détection par le personnelle du laboratoire étaient bien présentes. Elle aurait bien aimé que les combinaisons d’invisibilités des films de science fiction soient réels, cela simplifierait beaucoup sa tâche. Elle arriva au bâtiment principal, son premier objectif se trouvait là dans un laboratoire et il y avait peu de chance que ce dernier est été déplacé. Le dos arqué elle longea le mur du bâtiment cherchant un bureau ou un laboratoire où la chaleur de l’été aurait suggéré à son occupant d’ouvrir une fenêtre. La chance n’était pas de son côté car aucune fenêtre n’était ouverte, il lui fallut donc s’approcher de la porte. Cette dernière était fermée par un mécanisme magnétique dont l’ouverture se contrôlait par un lecteur rétinien, auquel s’ajoutait un lecteur de carte d’indentification et un code numérique, en sommes des mesures infranchissables.

mercredi, février 08, 2006

Espace vide...

« Mesdames et messieurs bonsoir, ici votre holoreporteure favorite Ming Niu pour votre journal interactif sur alpha 4. » L’holocaméra flottait devant une jolie asiatique souriante portant un nano tailleur dernière mode. Derrière elle, un large amphithéâtre se remplissait lentement de journaliste, curieux et scientifique de toute discipline. À l’arrière-plan totalement devant un large hologramme de la planète terre, signe incontesté de la civilisation humaine, se tenait une large table ornée de l’hologramme de la fondation SETI. Debout derrière la table, presque au garde-à-vous, deux homme portant les uniformes noirs et blancs des forces spatiales solaires montent la garde. Ming Niu continua son introduction : « La fondation SETI bien connu pour son programme des recherches de signaux radio et laser extraterrestre a convoqué aujourd’hui la presse et les représentant solaire en une conférence de presse extraordinaire ici même à Madrid, Terre. Comme vous pouvez l’entendre et le voir derrière moi un grand nombre de senso et holo reporteur ainsi que le gratin de la communauté scientifique et politique du système solaire est présent. On peut même apercevoir d’ici l’ambassadeur des colonies Jovienne l’honorable Pierre Tot.» L’holocaméra ouvrit un deuxième canal de projection pour montrer en vignette l’homme d’âge mur en complet distingué discutant avec un jeune homme de très grand taille d’une beauté certaine. Sur le canal principal, la jeune holo reporteur continuait sans interruption : « Personne ici ne semble connaître les raisons de la convocation, mais la présence militaire laisse peu de question dans l’esprit des gens. » Une petite vignette clignotante apparaissait dans le coin droit inférieur pour indiquer la possibilité d’accéder à un holoreportage connexe présentant des interviews de passant sur diverse planète du système solaire. « Ce reporteur pense qu’il s’agit de l’annonce finalement d’un… Attendez mesdames et messieurs le directeur de la fondation s’approche du micro, il semblerait que la conférence va finalement débuter. »

Un vieil homme noir probablement dans la centaine avancée s’approcha du centre de la table derrière l’hologramme de la fondation et lentement s’assit. Les nanomicros flottent dans la pièce se déplacèrent pour couvrir la table et surtout son centre tout en filtrant les sons indésirables des spectateurs assemblés. Le vieil homme débuta sa conférence : « Représentant du système solaire unis, membres de la communauté scientifique, journaliste et vous tous citoyens et citoyennes de la Terre et des colonies unies du système solaire, bonsoir. Depuis près que 1000 ans, la fondation SETI écoute et regarde le ciel cherchant les traces d’une intelligence non humaine avec qui nous partagerions le cosmos. La fondation aidait et partageait aussi la recherche de planète habitable dans le cadre du projet exode dans le but de raffiner les paramètre de la célèbre équation de Drake. » Il fit une pause regarda la salle de gauche à droite avant de reprendre son discours : « Notre recherche se poursuivit même dans les plus grande tragédie de l’histoire du monde, en survivant aux guerres juives, aux pandémies du 23ième siècle et même aux nano virus des guerre télépathique. » Il laissa échapper un soupir et baissa le regard sans perdre le fils : « Malheureusement, considérant maintenant qu’avec les vieilles colonies du projet exode et le kilo année-lumière que notre exploration, le projet SETI ne peut que déclarer ceci : Nous sommes seul. »

lundi, janvier 02, 2006

Un commencement

Bonjour, pour mon premier message il n'y aura malheureusement pas d'histoire. Je veux tout d'abord débuter par le but de ce blog: me permettre d'améliorer mon français plus que déficient en m'adonnant à un hobby que je veux développer, l'écriture. J'accepterais donc dans les commentaires des corrections vis-à-vis mon français et j'essaierais de toujours corriger les fautes trouvées dans le but de ne plus les refaire.

Avant de commencer quelques détails sur moi, je suis un étudiant canadien français qui comme plusieurs de sa génération n'a pas bien appris le français. Maintenant que j'étudie pour un doctorat en astrophysique, j'ai pris la décision que je ne serais pas parmi ces milliers de personnes instruites qui ne savent pas écrire leur langue correctement. Alors voici, je vais tenter de m'améliorer et j'espère que vous qui lirez mes histoires m'aiderez à atteindre ce but.